31 mars 2015

Fin des activités de la CRÉ de l’Estrie : Une triste page se tourne sur le développement régional


Sherbrooke, le 31 mars 2015 – Depuis près d’une quarantaine d’années, la région administrative de l’Estrie a pu compter sur une organisation de développement et de concertation qui aura réuni, au fil du temps, les plus grands leaders du développement social, économique et culturel de la région. Au fil des ans s’est dessinée une forme de complicité entre les représentants de la société civile et les élus municipaux pour chercher à atteindre les plus hauts sommets et réaliser, ensemble, les aspirations légitimes et ambitieuses d’un territoire doté d’atouts indéniables et de talents exceptionnels, le tout, dans un cadre naturel formidable.

« Avec la fermeture de la Conférence régionale des élus de l’Estrie, organisation mise en place par le gouvernement libéral de Jean Charest en 2004 pour prendre la relève du défunt Conseil régional de développement de l’Estrie, il faudra souhaiter aux intervenants de la région de trouver les mécanismes qui permettront de faire valoir les projets et intérêts de l’Estrie auprès des décideurs politiques. Ce défi s’annonce ardu, dans un contexte où la notion même de région administrative semble incertaine », de mentionner son président, M. Jacques Demers.

Une contribution inestimable
Nous tenons à saluer la contribution remarquable des membres du conseil d’administration de la CRÉ de l’Estrie, qui, au cours des onze dernières années, ont élaboré, adopté et mis en œuvre deux planifications quinquennales de développement misant sur les atouts de la région et comptant sur les forces vives du milieu pour en actualiser les objectifs. À titre d’exemple, la force de mobilisation qui a permis à plus de trente partenaires de choisir d’investir ensemble pour la persévérance scolaire dès 2006 a été une première dans notre région.

Par ailleurs, c’est grâce à un courage politique jamais vu que nos leaders ont, en décembre 2010, soutenu le maintien de l’industrie minière dans la MRC des Sources. Cela a été rendu possible grâce à l’intelligence du processus et la force d’une analyse juste et sans complaisance. L’investissement de fonds significatifs pour améliorer la qualité de l’eau dans la région a été une occasion en or d’unir le travail des leaders de l’environnement avec le monde municipal. Que dire du positionnement sans équivoque en faveur de l’aéroport de Sherbrooke? Ce ne sont que quelques exemples de l’impact de la CRÉ de l’Estrie. Au fil des ans, les réponses à des enjeux du développement ont été apportées avec créativité et en respect des dynamiques propres aux territoires comme aux secteurs d’activité, réponses élaborées en complicité avec les principaux intéressés et appuyées par la force politique d’une organisation ayant à la fois le statut et la crédibilité d’être la voix de la région auprès du gouvernement.

Un leg important pour la région
« Ce gouvernement a choisi d’organiser le développement régional autrement, mais, de préciser M. Demers, il sera nécessaire que ce gouvernement demeure à l’écoute des élus municipaux qui tiendront les rênes du développement régional tout comme ceux-ci devront trouver les mécanismes pour entendre les besoins et propositions de leurs alliés des milieux. » En mettant un terme à ses activités, la CRÉ de l’Estrie lègue un plan de développement élaboré en 2013 par plus de deux cents organisations du milieu. Cet outil identifie les enjeux et des moyens pour permettre de faire de l’Estrie une région innovatrice et particulièrement agréable à vivre. Il appartiendra désormais à chacun de le reprendre et de tenter d’actualiser cette vision. « Le développement ne se fait pas par les structures, mais par les gens qui y contribuent. Aujourd’hui, on met fin à une organisation et l’avenir semble incertain pour plusieurs des organisations qui ont fait et continuent à faire de l’Estrie ce qu’elle est aujourd’hui et ce qu’elle peut devenir. « Nous devons avoir confiance que les acteurs socio-économiques et les élus trouveront le moyen de poursuivre leur collaboration », de conclure M. Demers.

Il est souhaité que les acquis des quarante dernières années en matière de planification, mobilisation et partenariats continueront à être portés et que nous assisterons au cours des prochains mois à l’émergence d’une nouvelle dynamique régionale, à l’échelle de l’Estrie, tout en permettant aux milieux locaux de se développer en harmonie. Les Estriennes et Estriens engagés sauront probablement trouver les moyens pour continuer à faire évoluer nos entreprises, nos institutions, améliorer la qualité de vie de nos citoyennes et citoyens afin de leur permettre de faire face aux défis et saisir les opportunités.

Des professionnels dévoués
Aux dires de Marie-Hélène Wolfe, directrice générale, « nous ne pouvons passer sous silence la force d’une équipe d’employés dévoués, passionnés et convaincus de l’importance de considérer une région comme plus grande que la somme de ses territoires ou de ses secteurs d’activités. Une équipe brillante et compétente qui a su agir avec professionnalisme et apprivoiser le développement dans les formes les plus nouvelles et intégrées. » Mentionnons que sur les seize employés de la CRÉ de l’Estrie, il n’en restera que cinq au cours des prochaines semaines, ayant pour mandat de liquider les obligations de l’organisation. En date du 31 juillet 2015, une seule personne assurera les suivis.

Il est essentiel de rassurer les organisations qui bénéficient d’une aide financière de la CRÉ de l’Estrie, dans quelques fonds que ce soit. Selon Mme Wolfe, les élus et la direction de l’organisation travaillent de près avec les représentants du gouvernement du Québec pour assurer une transition des engagements afin de limiter les impacts sur les projets initiés. « À ce jour, il ne nous est pas possible de confirmer les pertes nettes qu’engendre la fin des activités de la CRÉ de l’Estrie, car tous les ministères et organismes n’ont pas encore redéfini les moyens qui seront rendus disponibles pour la région au cours de la prochaine année ni comment ils procéderont. », explique-t-elle.

– 30 –

Source :
Jacques Demers, président
Marie-Hélène Wolfe, directrice générale
Conférence régionale des élus de l’Estrie
 
Renseignements :
Marie-Hélène Wolfe
Conférence régionale des élus de l’Estrie
819 563-1911, poste 223
819 620-5100 (cellulaire)
mq@creestrie.qc.ca

 


Retour aux actualités